Emmanuel Hocquard : le livre, la phrase, la pensée

 

L’expérience en question concerne penser et écrire à plusieurs. Ca va contre toutes les habitudes. Et [...] ça remet en question, pour une bonne part au moins, un des sacro-saints piliers de notre culture : le livre. Nous aurons donc à examiner de très près la notion de livre. Nous aborderons la question par le biais du format-livre. Qu’est-ce que ce «format» permet et (surtout) qu’est-ce qu’il interdit. Notre expérience portera sur quel format inventer pour parvenir à faire ce que le format-livre nous interdit de faire ? (p. 51-52)

La phrase est à sens unique (comme certaines rues). L’ordre des mots y est prédéterminé. Le temps y est réglé par la conjugaison et la concordance des temps. [...]

L’auteur de la phrase est extérieur à la phrase, même s’il peut s’y représenter (à l’aide des noms et des pronoms), de même que le peintre est extérieur à son tableau. Il se teint hors limites (ou hors champ).

La phrase n’est pas seulement cette façon d’organiser le langage, elle est une façon d’organiser la pensée, dans les frontières qu’elle impose. (p. 59).

 

Emmanuel Hocquard Le cours de Pise. P.O.L 2018

 

 

 

 

 

Anne Duclos | Punks (extrait)

Il s’agit en tout cas de grandir. C’est la seule question qui ne se pose pas. Mais où ? comment ? L’enfant devra choisir l’enfant qu’il incarnera sans même savoir quel adulte en résultera. L’action ne peut en aucun cas être différée. Encore une fois, n’oubliez pas que c’est un point qui ne soulève aucune discussion. Le temps pousse dans cette direction, c’est-à-dire dans la direction où ça pousse.

Aucune métaphore animale ne parvient à rendre totalement compte de l’être humain. Ce n’est pas une constatation, mais la définition longtemps officielle. Petits loups, petites chattes, il est longtemps difficile de comprendre ce qu’il y a à apprendre. Nombreuses révélations, dans les manuels, de choses dont nous n’avions jamais doutées.

Pour chaque mauvaise réponse, rétorquer que la question était mauvaise. Ce n’est pas la bonne foi qui paiera, mais la systématicité. À ce jeu-là, nous ne nous étonnons pas que d’autres ne veuillent pas jouer. Au fond, comme pour les travaux de groupe à l’école, il faut bien que certains fassent le travail.

https://remue.net/anne-duclos-punks

18 novembre 2023

 

Chakrabarty : Politique de l’espèce humaine en temps de crise planétaire

 

Le temps géologique de l’Anthropocène et le temps de nos vies quotidiennes dans l’ombre du capital s’entremêlent. Le géologique traverse et excède le temps historique humain. (p.39)

 

Nous savons que les humains, outre qu’ils sont une somme arithmétique du nombre total d’humains sur la planète, sont aussi une espèce biologique, Homo sapiens, mais habituellement on ne prête aucune importance politique particulière à ce savoir. Toutefois, quand pour la première fois de toute son histoire la biodiversité dans le monde affronte la sombre perspective d’une « grande extinction » entrainée par les activités d’une espèce biologique, Homo sapiens, on commence à saisir qu’il est urgent de créer un sens politique fondé sur cette seconde compréhension de nous comme espèce profondément inscrite dans l’histoire de la vie. (p. 237)

 

La conscience de l’époque est en fin de compte éthique. Elle concerne notre façon de nous comporter à l’égard du monde que nous contemplons dans un moment de crise globale – et maintenant planétaire. C’est elle qui soutient nos horizons d’action. J’offre donc les pages qui suivent dans un esprit de dialogue avec le lecteur. Comme l’écrit Jaspers, citant Nietzsche, « la vérité commence à deux. » (p. 354)

Dipesh Chakrabarty. Après le changement climatique, penser l’histoire. Gallimard, 2023.

 

Cécile Wajsbrot : Cette place désormais vide

Qu’y a-t-il de privé dans la perte de quelqu’un, de personnel, qu’y a-t-il de collectif ? Que peut-on partager ? (…) Je gardais en mémoire des conversations, des moments, des sourires, des expressions, des intonations, mais tout cela ne faisait pas une personne, tout au plus un souvenir, et il fallait désormais vivre avec ces éclats en tentant de recomposer une image. Avant je n’avais pas conscience de la confiance qu’il faut, par exemple, pour acheter un livre et le ranger dans sa bibliothèque en se disant, je le garde pour plus tard ou commencer et puis le reposer, sentant que le moment n’est pas encore venu. La confiance qu’il faut pour se dire plus tard. Pour penser qu’on pourra. Qu’il ne sera pas trop tard. Et donc, voir quelqu’un de loin en loin, ne pas penser à chaque fois, y aura-t-il une autre fois, croire à la continuité des choses. (…) Et un jour quelqu’un disparaît, et on regrette. Si on s’était vus davantage, si on avait su, si telle parole, au lieu de tomber dans le silence ou de rester implicite, avait été relevée, commentée, estimée à sa juste valeur, si telle réponse avait résonné autrement. Ce qu’on garde, ce qu’on oublie, ce qui est là sans qu’on le sache, et peut-être resurgira un jour – ce qui est définitivement perdu. Aura-t-il su, aura-t-elle su ce qu’il représentait, ce qu’elle comptait ? Cette place désormais vide, qu’en faire ?

Cécile Wajsbrot Nevermore Le Bruit du temps, 2021, p. 80.

 

La question du récit (Christine Jeanney)

C’est la question du récit. Comment on l’accroche au lieu, le récit. En réparant, il faut recoudre ce récit. Ça passe parfois par de petites choses. On n’est pas forcé d’accepter une décision absurde. Il y a tout ce que ça pourrait devenir. Vous lirez ou vous ne lirez pas, mais au fond c’est une histoire qu’on écrit ensemble. Cette disparition, c’est la disparition d’une pensée collective.

Christine Jeanney

http://remue.net/sismo-paragraphe-27-03

 

W. Benjamin : l’université, le langage et l’esprit

Il s’agissait alors d’assurer l’autonomie d’une université aliénée par l’Etat, la famille ou la profession, en l’accordant à sa finalité interne, à l’esprit. Ceci suppose que l’esprit n’obéisse lui-même  qu’à sa propre loi, le langage, auquel, dès ses premiers travaux Benjamin l’identifie.

Philippe Ivernel « Walter Benjamin Critique en temps de crise » Klincksieck, 2022 (p. 44).

« institution » Daniel Hameline

 

Pourquoi qualifier une pédagogie d’«institutionnelle»? J’étais spontanément habité, comme n’importe qui, par un terme, passé dans la langue courante, celui des «institutions». De ces institutions, l’école fait partie. En ce sens, toute pédagogie n’est-elle pas «institutionnelle»? L’école est, en effet, dans une société moderne, une de ses institutions les plus fondamentales, avec les caractères que semble revêtir toute institution : pérennité (comme si elle était «déjà là» depuis toujours!) et donc priorité d’importance et d’ancienneté sur les personnes et les groupes, autorité anonyme et, le plus souvent, lointaine, légitimité allant de soi quoiqu’il arrive dans les faits.

Les évènements de 1968 eurent la réputation d’avoir ébranlé ces institutions, d’avoir mis à jour leur sclérose, leur enflure bureaucratique inévitable, la tendance à devenir à elles-mêmes leur propre but et à s’inscrire dans la durée pour la durée, non pour le service qu’elles sont censées rendre. Et voilà qu’une pédagogie, plutôt réformatrice, voire révolutionnaire, était qualifiée, dès avant 1968, d’«institutionnelle».

Pour comprendre le choix de ce qualificatif (…), je vais vous imposer un bref passage par une réflexion sémantique, dont je vous prie d’excuser les risques de pédanterie. Le Français – la Langue française – est un usager impénitent du suffixe «tion». Ainsi le verbe «instituer» donne comme substantif «institution». J’«institue» peut se dire aussi «j’effectue une institution», «je suis en train d’instituer». Remarquez alors ce point capital : le verbe «instituer» est ici un verbe actif. Mais surtout le substantif qu’il engendre l’est tout autant, actif: qu’est-ce que l’institution? C’est l’acte d’instituer. Bien sûr, le mot «institution» va vite prendre un sens passif pour désigner le résultat de l’acte d’instituer. C’est là que le français nous trahit. Car ce sens passif nous fait oublier le sens actif du mot et donc de l’adjectif qui lui correspond: une pédagogie peut être dite «institutionnelle» quand elle permet aux acteurs et actrices de l’acte éducatif de poser ensemble, maitres/maitresses et élèves, l’acte même d’instituer. Et cet acte d’instituer consiste à donner à un projet collectif, un site, un statut, des modalités d’existence assumées et acceptées (une loi commune?), et surtout une durée, toutes caractéristiques appelées à ne pas devenir une «institution» au sens passif du terme.

 

Daniel Hameline, Colloque «Soigner le milieu. Actualité et fécondité de la pédagogie institutionnelle.» organisé le 3 décembre 2022 à l’Université de Genève.

Revue Educateur Numéro 2 Février 2023 <https://www.le-ser.ch/educateur>

 

 

Olivier Marboeuf : catégories de savoirs

 

Cette fâcheuse situation de mauvais.es Nègres a plusieurs origines et l’une d’entre elles est particulièrement saillante en France : la difficulté à tisser des formes de pensée et de sensation, de perception et de réflexion, critiques qui associent différentes perspectives et catégories de savoirs. Si des formes de vie et d’agir constituent des objets d’études, [...] elles ne sauraient porter, par elles-mêmes, des savoirs dignes de participer à des frictions créatives sans une médiation-traduction autorisée. Ainsi les militant.es seront toujours trop fiévreux.ses, aveuglé.es par des luttes les éloignant d’une hypothétique scientificité qui permettrait à leurs paroles, expériences et visions de trouver une place dans le débat universitaire. Il en va de même de tout un ensemble de savoirs vécus et de productions émotionnelles qui sont les trésors que nous offrent celleux dont le corps est archive et qui détiennent de ce fait une des clefs essentielles des rituels de réparation. [...] Lire la suite

Daniele Lorenzini : le pouvoir des mots

Le problème de la force du vrai est bien entendu étroitement lié à celui de la force ou du pouvoir des mots, c’est à dire de l’efficacité du langage, de la  capacité qu’a le langage de « faire » quelque chose (ou, comme l’écrit Oswald Ducrot, de transformer la réalité). Poser ce problème à propos de la parrésia conduit pourtant à mettre en question la thèse selon laquelle l’efficacité du langage n’est fondée que sur l’accomplissement d’une certaine procédure conventionnelle ou institutionnelle – la thèse, en d’autres termes, selon laquelle pour produire des effets sur le réel, le langage est toujours obligé de reproduire des normes déjà établies. L’étude de l’énoncé parrésiastique [...] témoigne au contraire de la capacité qu’ont les mots – dans certaines circonstances et sous certaines conditions – de subvertir les normes instituées et de transformer donc la réalité de manière non prévue et non prévisible à l’avance.

Daniele Lorenzini : La force du vrai.De Foucault à Austin, Le bord de l’eau, 2017, pp. 13-14

Louis Staritzky Chronique d’une recherche-action

Se mettre en recherche c’est donc être en mesure de voir et sentir ce à quoi nous n’aurions pas nécessairement porté attention, soit parce que cette chose (expérience, collectif, situation) serait dans l’angle mort de nos réalités ou, au contraire, parce que nous la jugerions trop banale, ordinaire, quotidienne. Il s’agit donc à la fois d’être attentif et sensible aux expériences mineures, celles qui nous décalent de notre quotidien et, en même temps, à celles, tout à fait ordinaires, que nous ne cessons de croiser sans avoir pour autant l’habitude de les questionner, une manière de replacer le politique au centre de notre vie de tous les jours. Ces deux approches dessinent l’espace dense et multidimensionnel de nos situations de recherche, une écologie de l’attention qu’il nous faudra cultiver collectivement. Lire la suite